PAC post 2014 : des choix entre les mains des Etats membres

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Les pays européens à l'heure des choix !

Après plusieurs mois de négociations, les institutions européennes ont trouvé un accord le 27 juin dernier sur la future PAC 2014-2020. Il laisse de grandes prérogatives aux Etats Membres. Plusieurs outils sont en effet à leur disposition : la convergence qui consiste à abandonner les références historiques des exploitations et à harmoniser les niveaux de soutiens à l’hectare, le paiement vert qui est un paiement à l’hectare conditionné au respect de pratiques favorables à l’environnement (maintien des prairies permanentes, diversification des cultures, maintien des surfaces d’intérêt écologique) ou encore le paiement redistributif. Ce dispositif correspond à un paiement supplémentaire appliqué aux premiers hectares des exploitations agricoles. Cet outil, souhaité par Stéphane Le Foll a pour but de rééquilibrer la répartition des aides en faveur de l’élevage. Des 4 scénarios proposés par le Ministre de l’Agriculture français et rendus possible par cet accord, deux d’entre eux prévoient la sur-dotation des 52 premiers hectares des exploitations, 52 ha étant la surface moyenne d’une exploitation en France. Les choix français devraient être arrêtés avant la fin de l’automne.

La Fdsea et les JA de Seine et Marne défendent entre autres une PAC économique, l’abandon de l’outil souhaité par le ministre Le Foll d’une sur-dotation des 52 premiers hectares et une convergence des aides progressive dans le temps et supportable pour toutes les exploitations.

Retour sur une année 2016 mouvementée

Toutes les émissions dans la médiathèque