Risque de perte de production sur plusieurs milliers d'hectares pour la ferme seine-et-marnaise

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La Fdsea et les JA rencontrent l’ensemble des élus afin de  dénoncer une nouvelle attaque contre la production agricole française

 

Suite à un recours devant le conseil d’Etat, l’arrêté ministériel du 12 septembre 2006 qui définit les règles d’utilisation des produits phytosanitaires sera abrogé d’ici janvier 2017.

 

En toute opacité, le ministère de l’environnement rédige un arrêté sur les futures pratiques en reprenant de vieilles idées des associations environnementales d’augmenter les bandes enherbées et d’en créer autour de zones sensibles (village, haie, fossé et cours d’eau, forêt).

 

Cela conduirait pour la Seine-et-Marne, selon une première projection à la perte de 12 000 ha de production, sans doute beaucoup plus si l’on analyse la situation en intégrant une zone tampon le long des jardins, soit près de 18 millions d’euros pour la ferme seine-et-marnaise, une perte d’emploi dans l’Agriculture, une incertitude réglementaire de tous les instants et une nouvelle distorsion de concurrence vis-à-vis des pays voisins.

 

Pour dénoncer cette nouvelle attaque au droit de produire, à l’appel de la FNSEA, les présidents de canton et les membres du bureau de la FDSEA et des JA inviteront, dans les prochains jours, les élus pour rappeler l’importance de la crise céréalière, que la coupe est pleine et de leur demander de faire barrage à ce nouveau projet tout droit sorti des services de Ségolène Royal.

 

ACTION : Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

Toutes les émissions dans la médiathèque