« La force du syndicalisme, c’est le réseau »

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Laurence Fournier, secrétaire générale de la FDSEA 77, répond aux questions du journal Horizons sur l'opération solidarité paille

Horizons  : Face à la sécheresse et au manque de fourrage dans certains départements d’élevage, la FDSEA 77 a mis en place des opérations de solidarité paille avec deux départements. Pouvez-vous nous présenter ces opérations  ?

Laurence Fournier  : Dès fin juin-début juillet, face à la sécheresse et au manque de fourrage cette année, nous avons été sollicités par les départements de la Lozère et de l'Allier dans le cadre de l'opération solidarité paille mise en place par la FNSEA. Ces départements où l’élevage est important nous ont demandé si nous étions en capacité de répondre en partie aux besoins en paille de leurs éleveurs. Ce besoin s’élève à 500 tonnes pour la Lozère et 2000 tonnes pour l'Allier. Bien que ces demandes aient été très tardives et après nous être assurés que tous nos éleveurs seine-et-marnais étaient pourvus, nous avons fait le maximum pour répondre à leur demande. Deux secteurs ont été ciblés  : le canton de Nemours pour 200 hectares provenant de six exploitations dont la paille a été pressée par une entreprise seine-et-marnaise, et le canton de Mormant, avec près de 700 hectares.

Horizons  : Plus spécifiquement, comment se déroule l’opération menée sur le canton de Mormant  ?
Laurence Fournier  : Un appel à la solidarité a été lancé à tous nos adhérents du canton par mail et SMS dès que nous nous sommes entendus sur la méthode de travail avec l'Allier (contrat signé, chèque de caution reçu –23 euros/tonne – et «  pailleux  » choisi par l'Allier et contacté par nos services). Nos adhérents du canton de Mormant ont répondu très favorablement et au delà de nos espérances puisque nous avons atteint 671 hectares. J'ai même dû refuser des surfaces. De plus, chaque agriculteur a pu dire où il souhaitait que l'on mette la meule de paille pour qu'elle dérange le moins possible. Le «  pailleux  » entrepose son matériel dans une partie de ma cour de ferme et j'ai organisé son travail en fonction de l'avancement de la moisson des exploitants agricoles. Avec les fortes chaleurs de la semaine dernière, un gros travail de nuit a été réalisé. La pluie du week-end dernier nous a arrêtés dans notre élan, mais le travail a repris en milieu de semaine. L'enlèvement est aussi géré par le «  pailleux  ». Il doit se faire dans la foulée, j'y veille  ! Je remercie vivement tous nos adhérents d'avoir participé à cette opération de solidarité. La force du syndicalisme, c'est le réseau.

Horizons  : La semaine passée, alors que sévissaient des températures records suite à une période marquée par l’absence de précipitations, de nombreux incendies se sont déclarés dans des parcelles en chaumes ou au passage d’engins. Que conseille la FDSEA 77 en cette période de risque  ?

Laurence Fournier  : De nombreux incendies se sont déclarés la semaine dernière dans notre département. Ils ont été vifs, rapides et impressionnants pour certains. Sur place rapidement, les agriculteurs, avec leurs outils, et les pompiers ont travaillé ensemble pour arrêter ces incendies. Je les remercie. La FDSEA 77 a lancé des appels à la vigilance, et nous avons rappelé qu'il est important de bien nettoyer sa moissonneuse-batteuse, son tracteur, d'avoir des extincteurs à disposition, de prévoir des outils de déchaumage attelés dans les champs, de déchaumer au minimum sur 12 m de large le long des routes, de prévoir une tonne à eau ou son pulvérisateur rempli pour agir rapidement. Il en est de la responsabilité de tous.

 

Source : Journal Horizons

AG FDSEA 77 : plus de 400 participants venus échanger sur le thème "Agriculture : Médias et société"

Toutes les émissions dans la médiathèque