Une communication positive !

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

« La profession agricole souffre d’un manque de communication vers le grand public. Notre métier est bien souvent caricaturé et réduit à des clichés d’un autre temps ou à des critiques parfois infondées sur nos pratiques culturales. Malgré cela notre cote de sympathie reste plutôt élevée auprès d’une majorité de français et c’est à nous de préserver ce lien fragile qui nous lie au consommateur.

 

Si nous ne voulons pas que les idéologues  « écolo » et les intégristes d’une agriculture rétrograde polluent la scène médiatique et endoctrinent les français à grand renfort de reportages chocs, de fausses vérités et d’idéaux sur notre métier, diffusés notamment sur les réseaux sociaux, soyons nos propres porte-paroles. Une communication positive de notre part aura très certainement plus d’impact qu’une position sans cesse sur la défensive.

 

Par des gestes de tous les jours, un dialogue et un respect des riverains, des explications sur notre métier et nos pratiques, essayons de passer des messages positifs et d’enrayer ces déferlements dont nous sommes la cible. Permettons aux riverains de mieux comprendre, accepter et apprécier notre métier.  Au sein même de la profession, des efforts restent à faire et des pratiques à améliorer, mais sachons véhiculer cette image positive et respectueuse de l’environnement.

 

En réponse notamment au sujet récurrent des abeilles et des néonicotinoïdes, sur le canton de Lizy-sur-Ourcq, nous avons essayé de valoriser quelques morceaux de parcelles ou de jachères bien visibles du grand public pour y semer des mélanges de fleurs mellifères. L’idée est de multiplier ce genre de parcelles en jachère ou difficilement cultivables, enclavées dans un village ou encore difficilement mécanisables pour en faire des vecteurs de communication qui associent, par exemple, agriculture et apiculture. Ce printemps, cinq parcelles de ce type ont été semées, certaines dans le cadre d’une MAEC (mesure agroenvironnementale climatique). L’année prochaine avec l’aide de partenaires, nous aimerions en implanter dix ou quinze sur le canton.

 

Le retour des riverains est étonnant. Cette opération suscite un véritable intérêt et un enthousiasme certain qui permet bien souvent d’initier un dialogue constructif et de véhiculer l’idée qu’une agriculture productive et dite conventionnelle n’est pas incompatible avec une agriculture respectueuse de l’environnement.

C’est ça de la communication positive ! »

 

Jean-Baptiste Benoist, président du canton de Lizy-sur-Ourcq

 

Retour sur une année 2016 mouvementée

Toutes les émissions dans la médiathèque