Edito de Michel Biberon : "Manger français : chimère ou réalité ?"

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Face à notre société qui s’emballe quels que soient les domaines, qui recule les frontières existantes, qui a perdu ses repères de saisonnalité et qui repousse chaque jour ses limites, on entend des voix s’élever pour prôner et promouvoir le produire, manger et consommer « Made in France ». Alors, effet de mode de quelques « bobo locavores » ou  mouvement de fond bien réel ?

Je voudrai croire dans une vraie dynamique globale, une prise de conscience de nos concitoyens sur les bienfaits d’une consommation française.

D’abord pour notre économie et de manière induite sur l’emploi, manger français, c’est à la clé toute une filière qui se développe entraînant la machine économique quel que peu rouillée de notre nation.

C’est de l’environnement ensuite ! CQFD ! Je suis toujours effaré de voir dans certaines enseignes des produits biologiques venant du Chili ou d’Equateur. Quel est le bilan carbone de ces produits ?

Non, le premier acte écologique c’est de consommer des productions françaises. « Bien de chez nous » diraient certains, en respectant la saisonnalité.

C’est la sûreté alimentaire enfin. Qui mieux que la France a su imposer au fil du temps des marqueurs de qualité, des normes sanitaires et sécuritaires ?

Mais pour parvenir à cette lame de fond qui imposerait une consommation française, il faut avant tout du courage politique.

Les nombreuses initiatives de promotion de nos produits franciliens sont à mettre à notre crédit, mais il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui 75 % des produits de restauration collective proviennent de l’étranger. Au ministère de l’Economie à Bercy, nos JA Nationaux ont relevé le 5 novembre dernier une seule palette de produits français sur… douze camions.

Et les cuisines de l’Assemblée Nationale ou du Sénat ?

Ai-je besoin d’en rajouter ? Les chiffres sont éloquents, désespérants de réalisme.

Alors ces beaux discours politiques doivent se concrétiser par les faits.

Chiche non ?

 

Michel Biberon

événements

  • {0} - {1}

AG FDSEA 77 : plus de 400 participants venus échanger sur le thème "Agriculture : Médias et société"

Toutes les émissions dans la médiathèque