Cyrille Milard, nouveau président de la FDSEA 77 répond aux questions d’Horizons.

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Horizons : Président des JA77 puis secrétaire général de la FDSEA 77 depuis 2013, vous venez d’être élu à la présidence de celle-ci. Comment appréhendez-vous cette nouvelle fonction ?

Cyrille Milard : Tout d’abord, je voulais remercier Arnaud Rousseau pour tout le travail accompli pour notre fédération. Son engagement sans faille, ses valeurs et ses idées nous ont guidé sur ces chemins parfois difficiles et chaotiques d’une agriculture en pleine mutation. Ce fut un réel plaisir de travailler à ces cotés et nous pouvons que l’encourager dans ces mandats nationaux et Européens. Nous aurons encore besoin de lui localement et régionalement, les sujets ne manquent pas.

Je tiens aussi à remercier l’ensemble des membres du conseil d’administration de m’avoir accordé leur confiance.

Personnellement, c’est un vrai challenge pour moi avec cette toute nouvelle prise de fonction. Et professionnellement, c’est avec responsabilité que j’aurais à cœur de défendre les sujets agricoles, d’accompagner tous les agriculteurs et de servir l’intérêt général de notre profession.

Autour de moi, Laurence Fournier, votre nouvelle secrétaire générale et l’ensemble du conseil d’administration sommes là pour porter les ambitions de notre FDSEA77. En effet, le collectif est la charnière de notre fédération. C’est ensemble que nous serons plus fort.

 

Lors de votre élection vous avez insisté sur l’accompagnement des agriculteurs. Pouvez-vous préciser ?

Cyrille Milard : Notre agriculture traverse des moments compliqués et les paysans en souffrent. Face à la réalité des marchés, de la conjoncture, des défaillances climatiques, des enjeux environnementaux et des attentes sociétales, il faut éviter le repli sur soit. Votre FDSEA 77, avec l’ensemble des partenaires, est là pour répondre à vos attentes et vous accompagner dans le développement de vos exploitations. Il faut encourager l’émergence de projet et la résilience de notre agriculture pour gagner en compétitivité. Et pour les plus en difficulté, nous serons là comme précédemment, pour trouver des soutiens de crise indispensables pour croire en l’avenir.

 

Lors des premiers mois votre mandature, quels seront les principaux dossiers qui nécessiteront un investissement important ?

Cyrille Milard : Un plan d’investissement et de modernisation d’envergure et un autre de bio-économie seront présentés au SIA. Nous serons vigilants pour qu’ils ne se résument pas à des effets d’annonces.

Les négociations pour la prochaine réforme de la Pac vont s’ouvrir. A nous de défendre un DPB (droit à paiement de base) européen cohérent, de défendre l’assurance climatique, de défendre un besoin de simplification, de défendre l’épargne de précaution et de défendre un budget à la hauteur de nos ambitions.

Nous aurons à cœur de finaliser le Pacte agricole de la région Ile-de-France pour accompagner les projets agricoles et la modernisation de nos filières.

Enfin, nous allons nous préparer pour gagner les prochaines élections à la chambre d’Agriculture de région Ile-de-France qui auront lieu d’ici janvier 2019.

 

 

ACTION : Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

Toutes les émissions dans la médiathèque